Mercredi 13 août 3 13 /08 /Août 20:58

Julie enlevée et violée


Enlevee_violee.jpg

Etendue nue, sur un matelas jeté à même le sol avec les poignets liés au-dessus de sa tête et les jambes maintenues écartées par des cordes attachées à des anneaux vissés dans le sol, Julie attend les clients. Hormis se désespérer et subir elle ne peut rien faire, plusieurs tours de gros scotch retiennent sa petite culotte enfoncée dans sa bouche.

Ses yeux scrutent le plafond crasseux de la réserve d’un bar où sont entassées des caisses vides, pendant que les éclats de voix des hommes jouant sûrement aux cartes dans une salle proche d’elle, bercent ses pensées animées par la peur. A côté de sa tête, un inconnu est venu poser une boite de conserve vide et une assiette en carton avec des préservatif. Une burette en fer de garagiste est posée entre ses jambes. "Quel est son but ?" se demande Julie, affolée. Vont-il oser lubrifier mon sexe avec de l’huile pour moteur de voiture ?

Lors d’un gang bang géré par Organisations84, Julie en proie à une crise de démence après plusieurs jouissances paroxystiques leur criait « je suis une pute, baisez-moi encore …» sans se rendre compte que son Maître n’appréciait pas le mot « pute ». Après cette rencontre des plus jouissives, le retour sur terre fut difficile tant il était furieux.
- Soumise oui, soumise sexuelle oui, salope oui, mais pute ? Franchement ! Je passe pour quoi moi ? Quelle image donnes-tu de toi ? Libertin je suis, proxénète non. Je t’organise des gang bang pour que tu t’éclates et vives tes fantasmes d’esclave sexuelle, pas pour que tu me fasses honte. Nous règlerons cela à la maison. Criait Maître Luc dans la voiture.
Julie fut sévèrement punie au fouet en arrivant à la maison. Il lui avait indiqué que l’idée des gang bang, c’était terminé.

Elle avait regretté la chose car le côté BDSM et sexe l’avait transportée à chaque fois au paradis des plaisirs, se sentir forcée, prise sans son avis mais sous la surveillance de son Maître vénéré lui permettait d’assouvir sa faim de sexe.
……………………………………..
Julie a eu beau crier et se débattre, lorsqu’elle est descendue de sa voiture garée dans le garage, deux hommes inconnus surgis de nulle part se sont jetés sur elle. Maîtrisée, bâillonnée, bras et jambes entravés elle s’est retrouvée en larme dans le coffre de sa propre voiture, en route pour une destination inconnue. A l’arrivée dans une cour qu’elle n’a pas pu voir à cause d’un sac de jute passé sur sa tête, Julie a été transportée dans cette pièce sur l’épaule d’un homme aussi prévenant avec elle que si elle n’était qu’un sac de pomme de terre.

Un autre homme l’a rejoint, tout aussi doux que le premier, il lui a arraché sa jupe malgré les coups de pieds qu’elle essayait de donner à l’aveugle en hurlant sa rage et sa peur. Sa petite culotte a subi le même sort avant de finir dans sa bouche sous plusieurs tours de scotch d’emballage quand ils lui ont retiré le sac de jute. Son chemisier et son soutien-gorge ont été arrachés et jetés dans un des casiers vides. Les minutes ressemblant à des heures s’égrainent lentement pour Julie dans un état de délabrement psychologique avancé. Soudain un homme grand, gros, gras dans son attitude pénètre dans la réserve.

- Tu es à moi pour vingt minutes, j’ai payé pour ça ma belle, tu vas t’en prendre plein la chatte ! Aboie le mec en retirant son pantalon, son slip puis sa chemise qu’il range soigneusement en les jetant par terre.

L’homme s’agenouille entre ses jambes, enfile un préservatif sur son sexe bandé de bonne taille, avant de lubrifier sa chatte à l’huile de moteur de voiture avec la burette. Elle fait des signe « non » de la tête mais il n’en a que faire. Quand il s’étend sur elle puis guide son sexe dans sa vallée des plaisirs si gourmande d’habitude, Julie ferme les yeux de honte, elle a été vendue et va être violée réellement. Les mouvements de l’homme sont brutaux, il lui fait mal et ne cherche que son propre plaisir en l’écrasant de tout son poids.

Au bout d’un moment de calvaire, bien que sa tête soit immergée dans la poitrine velue transpirante, elle l’entend grogner quand une voix vient lui indiquer qu’il ne lui reste plus que deux minutes. Après s’être vidé en elle, l’homme se relève, retire le préservatif qu’il jette dans une poubelle avant de se rhabiller en lui indiquant qu’elle est bonne. De sa poche il sort une pièce de deux euros qu’il lui fait voir en lui disant dans un rire gras : « c’est ton pourboire » avant de la jeter dans la boite de conserve.

Un petit jeune d’une vingtaine d’années entre aussitôt, en un rien de temps il est nu, son corps quasi imberbe est beau, en d’autre temps, Julie aurait apprécié de faire l’amour avec lui mais là, savoir qu’elle n’est plus qu’un objet servant de « vide couilles » change complètement la donne des plaisirs charnels. Jeune mais vigoureux, son sexe ne tarde pas à trouver la faille offerte et à s’y enfoncer profondément. Tout en la baissant, le petit jeune embrasse son visage et caresse sa tête. Ce brin d’attention déclenche une rivière de larmes. Surpris de voir cela, son violeur s’arrête aussitôt, quelque chose ne va pas, on lui a menti, cette femme n’est pas volontaire. Il se retire, s’habille prestement et sort comme un voleur.

L’arrivée du troisième homme la fait fondre littéralement en larme, il lui sourit et tient une rose à la main. Elle n’a pas été enlevée, elle n’a pas été vendue, ce n’est que son Maître qui lui a organisé un de ses fantasmes sans la prévenir.

- Il reste quatre hommes, nous ne les avons pas fait venir pour rien, tu vas leur dire que tu veux encore jouer à la pute mais ce sera la dernière fois que tu emploieras ce mot, si tu ne veux pas que je te flanque une correction maison. Ah j'oubliais, dans la burette ce n'est que du lubrifiant, pas de l'huile...... Lui indique Maître Luc en arrachant le scotch maintenant la petite culotte malmenée et innocente.

Quelques minutes et deux baisers tendre plus tard, Julie apprécie grandement le quatrième « client ».

TSM

Cliquer ICI pour organiser un gang bang à votre femme ou votre soumise
Cliquer ICI pour participer à un gang bang.
Cliquer ICI pour faire des rencontres BDSM
Cliquer ICI pour faire des rencontres libertines

Par TSM - Publié dans : Histoires Hard (violence et/ou viol) - Communauté : Mondes Libertins
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 13 août 3 13 /08 /Août 20:57

Le jockstrap


Jockstrap_poche_penis_2.jpg

Ne ressortez pas de grâce les vieux clichés " peau soignée et sous-vêtements sexy = homo de nombreux hétéros apprécient d'être sexy.

A l'heure où les hommes sont de plus en plus ouverts en matière d'underwear, gros plan sur un des sous-vêtement : le jockstrap.


A l'origine, c'était un sous-vêtement porté par les sportifs américains. Ensuite, il fut adopté par les gays. Aujourd'hui, nombreux sont ceux qui le portent, soit parce qu'ils sont sportifs soit parce qu'ils aiment les vêtements sexy. Appelé aussi suspensoir ou simplement jock, ce sous-vêtement américain, est composé d'une poche permettant le maintien des organes génitaux, d'une large ceinture et de deux élastiques laissant les fesses à nues. Il est possible d'introduire une coquille afin de protéger efficacement les organes génitaux dans le cadre d'une pratique sportive plus ou moins violente : boxe, hockey sur glace, rugby...

Le jockstrap, un sous-vêtement jugé sexy par les gays


Les sous-vêtements masculins jouent la carte de l'originalité. Beaucoup sont considérés comme sexy et parmi eux le jockstrap. Certains hommes choisissent de le porter pour être à l'aise ou dynamiser leur couple. Son côté un peu sulfureux explique qu'il ait longtemps été le sous-vêtement préféré des gays.

Mais aujourd'hui, même les hétérosexuels, soit parce qu'ils sont sportifs, soit parce qu'ils veulent donner un peu de piment à leur couple – et à leur anatomie –, s'offrent ce type de sous-vêtement.

Pourquoi les sportifs utilisent-ils le jockstrap ?

Environ 20% des sportifs enfileraient un jockstrap lorsqu'ils font du sport. Cela laisse supposer que c'est un sous-vêtement particulièrement bien adapté à la pratique du sport. La moitié des joueurs de baseball américain semblent notamment l'avoir adopté. On sait aussi qu'il est populaire chez les amateurs de musculation, de rugby ou chez les joggeurs. Bref, voici un sous-vêtement sportif qui ne refuse pas les instants coquins.


Le_jockstrap.jpg

LE MONDE DE LA FESSEE

Les hommes appréciant de recevoir la fessée trouveront ce sous-vêtement adapté tout comme les fesseurs et fesseuses !


Jockstrap à partir de 13€50 euro sur ABCplaisir


http://www.abcplaisir.com/store/Pret-a-Porter/449-Jockstrap-poche-penis

Alors, ça y est ?
Etes-vous prêts à tester le jockstrap ?


Pour réagir sur cet article rendez-vous sur le forum ICI


http://forums.fessestivites.com/materiel-fetichiste-f169/le-jockstrap-t2323.html

Par TSM - Publié dans : Bisexuel - Communauté : LES PORTES DU PARADIS
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 13 août 3 13 /08 /Août 20:56

Le cosplay ABDL BDSM ou autre chose ?

Le cosplay est un loisir qui consiste à jouer le rôle de personnages de science fiction, de héros mangas, de bande dessinée, de dessins animés, de films, de jeux vidéo en imitant les costumes. On appelle les pratiquants des cosplayers.

Les cosplayers ne sont pas forcément adeptes des couches ou ABDL bien que beaucoup d’ABDL apprécient cette pratique et s’y immergent parfois totalement.

Très courante au Japon, cette pratique n'est pas rare aux États-Unis ou en Europe lors des conventions et autres festivals de mangas ou de science-fiction. Les plus osé(e)s sortent parfois dans la rue comme au temps de la grande mode punck avec des adeptes se complaisant à avoir une image de voyou ou vaurien ou d’autres modes évidement.

Nos anciens oublient parfois qu’ils affichaient fièrement la « banane » devenue iconique avec Elvis Presley et les vêtements idoines par exemple….

En France comme toujours, vivre ses plaisirs, ses délires au grand jour est « honteux » hormis lors de certaines soirées, lors de certaines rencontres organisées par Fessestivites et parfois sur les pistes de ski où l’on délire entre amis.

A défaut de pouvoir exposer et partager leurs plaisirs et délires au grand jour, internet fait connaître mais aussi permet aux cosplayers de partager des photos et vidéos.

Est-ce que Fessestivites organisera l’été prochain une rencontre dédiée aux cosplayers coquins ou ABDL nous ne le savons pas encore mais l’idée germe.

Que les adeptes du BDSM ne rient pas et ne se moquent pas, leurs tenues fétichistes sont aussi très sympathiques et souvent affichées dans la rue avec des soumis et soumises portant fièrement leur collier de soumission au grand jour.

A chacun sa mode, son Art de vivre et ses pratiques !

Pour en parler, rendez-vous sur le forum ICI


http://forums.fessestivites.com/post7746.html#p7746

Par TSM - Communauté : LES PORTES DU PARADIS
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 13 août 3 13 /08 /Août 20:55

Elle donne des Free fessées hard



fessee_free_12.jpg
Lisa est formatrice dans un centre de formation pour adulte. Manque de chance pour le centre, deux des trois personnes devant suivre cette formation ne se présentent pas. Afin de ne pas trop perdre d’argent, le directeur du centre décide de laisser tourner cette formation, quitte à être perdant, il tirera toujours quelques argents pour payer sa formatrice.

Paul est donc seul avec Lisa, sa formation de commercial téléphonique initialement collective sera donc individuelle et personnalisée, le conseil général ne s’en plaindra pas bien au contraire, son bénéficiaire du RSA en bénéficiera. Paul est un dragueur adepte de la fessée. Inscrit sur le réseau social Fessestivites il recherche une fesseuse pouvant satisfaire ses fantasmes autour de la fessée puis de discipline domestique s’il parvenait à rencontrer une femme avec laquelle il trouverait affinités.

Lors de cette formation avec la belle et charmante Lisa, il n’a de cesse que d’essayer de la séduire mais en vain, le cœur de la belle et charmante formatrice est déjà pris, elle n’est pas libertine bien que très joueuse. Basketteuse semi professionnelle, Lisa est grande, musclée et très sportive, son caractère très appuyé en fait une formatrice n’ayant pas froid aux yeux quand les formés s’emballent devant la beauté de cette fille particulièrement désirable, pour ceux qui pourraient avoir l’âme d’un homme recherchant une femme au caractère dominant.

Lors de cette formation, Paul, dont le niveau est très bas, n’a que faire des cours dispensés et passe son temps à dire des bêtises pour se rendre intéressant. Etre recadré plusieurs fois ne le gêne pas, bien au contraire, cela l’amuse.

- Une cliente vient de souscrire à l'offre Freebox Révolution mais n’arrive pas à se connecter, quelle sera votre réponse ? Demande Lisa informée de l’offre de recrutement de Free.

- Je répondrai que si elle a free et elle n’a rien compris, je peux lui donner des cours particuliers sur la free ture moyennant finances et gâteries afin qu’elle puisse bénéficier pleinement de l’offre du Portail Free.

- Paul vous commencez à me gonfler grave avec vos conneries, vous mériteriez que je vous donne une fessée comme un grand gamin que vous êtes malgré votre âge ! Répond Lisa agacée.

- Des promesses, des promesses, vous seriez mal si je vous disais que je suis d’accord pour recevoir cette fessée méritée.

« Oh putain con je vais me le faire celui-là » pense Lisa animée par une envie de gifler cet homme d’un chiant au dessus de la moyenne.

- Mon cher Paul vous vous plantez totalement, cette fessée je vais vraiment vous la donner si vous continuez.

- Chiche ! Répond Paul sans avoir conscience des risques encourus.

En la voyant se lever pour pousser les tables et s’installer sur une chaise, Paul déchante aussitôt. Il essaie de négocier en disant qu’il plaisantait mais Lisa ne lâche pas l’affaire et lui rappelle qu’il vient de lui répondre « chiche » et qu’il n’a pas d’autre choix que d’assumer, sauf si c’est une poule mouillée ou une carpette ! Vexé Paul accepte de relever le défi mais déchante quand elle entreprend de baisser son pantalon en indiquant que l’on pourrait les voir.

- Nous sommes seuls au centre cet après-midi, ne comptez pas vous défiler avec ce genre de connerie ! Répond Lisa décidée à lui tanner les fesses bien plus que les petites fessées plaisir qu’elle donne à son copain.

Paul n’a pas d’autre choix que d’abdiquer, il est un peu gêné de faire voir ses fesses mais en même temps, il est très excité à l’idée de réaliser son fantasme. Il s’installe donc sur les genoux de Lisa ne tardant pas à lui claquer les fesses. Le gros problème de Paul est que claques données par Lisa basketteuse semi professionnelle ultra sportive sont franchement redoutables pour son fessier de fantasmeur. A la troisième claque s’abattant sur son cul encore blanc, il bondit de douleur et essaye de la main de protéger ses arrières. La main immédiatement saisie au vol n’empêche en rien la fesseuse décidée de lui tanner réellement le fondement. La douleur est telle que Paul n’arrête pas de s’agiter, de relever les jambes ou d’essayer de repousser le battoir féminin d’une puissance insoupçonnée.

- Petit con, si la cliente venant souscrire à l'offre Freebox Révolution n’a rien compris et que tu te moques d’elle, moi je vais te faire une free fesses rouges sans box version Freebox révolution en détail avec assistance anti connerie ! Lui crie Lisa en frappant de toutes des forces sur le fessier de plus en plus rouge.

Ne pouvant réellement luter contre les muscles de Lisa, à force de bruyantes lamentations, Paul parvient à la convaincre qu’il a compris la leçon. Chassez le naturel il revient au galop ! A peine debout, il ne peut se contenir en lui indiquant que sa fessée fait frire les fesses bien plus que la Freebox puisqu’elle boxe les fesses. Cette mauvaise réponse génère une colère froide en Lisa. Lorsqu’elle lève la main, Paul dont les fesses chaudes sont encore nues et accessibles se retrouve plaqué sur la table de formation pour une suite de free-fessée endiablée dont certaines claques finissent leur courses sur ses cuisses. Plié de douleur, il finit par s’effondrer sur le sol et par supplier en présentant ses excuses.

EPILOQUE

C’est grâce à une free-fessée donnée par une formatrice que Paul a trouvé un emploi en CDI chez Free. Surtout ne le dite pas au conseil général ni sur internet où Lisa risque d’être débordée par les demandes.

TSM

P.S. les puristes de la fessée constateront en regardant cette vidéo que ce n’est pas de la fessée « « « cinéma » » » et que Lisa ne plaisante pas quand elle fesse !



Voir la vidéo Elle donne des Free fessées hard


Faire des rencontres autour de la fessée


Acheter du matériel pour la fessée

Par TSM - Publié dans : Fessée - Communauté : La fessée
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 4 août 1 04 /08 /Août 07:51

Travesti pute violée 1

 

Julie, travesti, rêve qu'on l'oblige à faire la pute, d'être obligée de se faire prendre par des mecs. Elle propose ses services sur des sites de rencontres en indiquant "pute gratuite et soumise à votre service". Dans ses fantasmes, elle serait drivée par une Maîtresse aussi intraitable que sévère.

En rencontrant Maîtresse Sad, elle ne se doute pas que ses fantasmes seront réalisés bien au-delà de ses espoirs et qu'elle va connaître l'enfer sur terre et non pas un simulation ou un jeu de rôle.

- Quelles sont tes expériences sexuelles et de pute ? Demande Maîtresse Sad lors de leur première rencontre.

- En plus de mes rencontres, j'ai fait plusieurs fois les parkings de l'autoroute et je me suis déjà offerte deux fois en club gay.

- Tu aimes te faire défoncer et que l'on te force ?

- Oh oui Madame.

- Sache que si je te prends comme soumise sexuelle, avec moi tu vas vivre de grandes choses mais aussi que je suis particulièrement sévère. Quand je punis, ce ne sont pas de petits jeux BDSM ou une simple fessée, mais de véritable sanctions physiques ou psychologiques. Personne n'aime mes punitions mais grâce à cette façon de faire, les soumis dont je m'occupe progressent dans leur soumission. L'acceptes-tu ?

- Oh oui Madame.

- Que nous soyons bien claire entre nous, si tu veux entrer à mon service, je te veux intégralement lisse, chaque poil trouvé sera l'objet d'une sévère punition. A cela je veux que tu prennes des hormones pour faire pousser tes seins, que tu ais une véritable chevelure, les perruques c'est pour les TV d'un soir, puis que tu passes chez une esthéticienne que je vais t'indiquer. Elle t'apprendra à te faire belle, le prix de ses prestations est évidement à ta charge. Je veux aussi une obéissante totale et sans condition ou négociation. Es-tu réellement prête à accepter tout cela ?

- Oui Madame, toute vos exigences sont ni plus ni moins que ce que je cherche à vivre depuis des années. Testez-moi, je ne vous décevrai pas.

- Te tester, bien voyons et t'offrir un moment de plaisir, c'est cela ?

- Non Madame, je suis vraiment décidée à vivre cette vie de soumise et de pute, je ne cherche pas des séances.

- Et bien nous allons faire un test puisque tu es si sûre de toi. A poil tout de suite !

Julie a honte de son corps d'homme, se mettre nue devant quelqu'un est une épreuve, mais pour gagner la confiance de Maîtresse Sad elle s'exécute aussitôt en retirant ses vêtements. Pendant cet effeuillage rapide, Sad se rend à une de ses armoires pour prendre un gros plug et du Wasabi en pot, un piment japonais très fort qu'elle achète dans une boutique asiatique.

- Je veux voir si ton cul est à la hauteur de tes prétentions. Mets ce plug dans ton cul avec mon wasabi en guise de lubrifiant.

Cette exhibition sans préparation psychologique perturbe profondément Julie, encore une fois elle prend sur elle pour réaliser ce qu'il lui est demandé. Lorsqu'elle lubrifie son anus avec la pâte onctueuse, la sensation de chaleur est quasi immédiate, cela brûle un peu. Maitresse Sad mime l'impatience, Julie aux abois malgré maintenant la sensation de brûlure, s'acharne pour faire entre le gros plug en son fondement.

- Tu es trop longue, je vais te motiver un peu. Lui indique Maîtresse Sad en quittant son trône pour venir étaler du wasabi sur le gland de Julie blême.

La bite et le cul en feu, Julie se désespère de ne parvenir à absorber le plug, les yeux fermés pour se concentrer, elle ne peut voir Maîtresse Sad saisir un fouet court. Un sifflement aussitôt suivi d'un trait de feu sur les fesses de la travesti se déhanchant sans pudeur pour réaliser sa mission arrache un cri à Julie puis génère la contraction de ses fesses. Le plug rejeté tombe sur le sol, Maîtresse Sad lui ordonne de le remettre et de se presser si elle espère une récompense et entrer à son service. Ce test d'entrée est très difficile et douloureux mais Julie s'investit totalement pour ne pas manquer cette chance. Maîtresse Sad saisit un tabouret, force la travesti en perdition à s'asseoir puis, sans même la prévenir, lui appuie fortement sur les épaules. En franchissant les sphincters en feu, le plug arrache un cri de douleur à Julie à deux doigts de toute arrêter.

- Bien, je suis fière de toi, branle-toi tu as trois minutes pour jouir dans ta main. Ordonne Maîtresse Sad en attrapant les tétons masculins qu'elle fait rouler sous ses doigts qu'elle utilise rapidement comme des pinces tactiles dont les ongles acérés sont des plus cruels.

Pour Julie, se masturber est un véritable soulagement pour son gland lui permettant d'apaiser les sensations de brûlure du wasabi. Parvenir à la jouissance dans ses conditions lui est très difficile, Maîtresse Sad lui offre ses doigts à lécher avant de lui fourrer dans la bouche pour bien asseoir sa domination. Quelques gifle plus tard, Julie finit par éjaculer dans sa main comme demandé.

- Puisque tu te dis "pute" tu te dois de bouffer du sperme non ? Lèche tout ! Crie Maîtresse Sad devant la moue de Julie.

Cette dernière fait encore un effort et s'exécute malgré son dégoût.
...................................

Félicitée pour ce test, Julie est ravie, bien qu'un peu inquiète par la rigueur extrême et la fermeté de cette dominatrice enjôleuse ayant accepté de la prendre à son service. Maîtresse Sad lui a imposé de porter une cage de chasteté, un modèle spécial à acheter sur ABCplaisir puis lui a indiqué une liste de médicaments et comment les trouver pour s'hormoner sans délai.

Pendant trois mois, à raison d'une séance tous les quinze jours, Julie se rend chez sa Maîtresse. Les rencontres sont difficiles, dures parfois, mais elle peut y vivre sa soumission et se sentir totalement femme. Intégralement lisse, Julie se rend chez Maîtresse Sad le vendredi soir à 18 heures comme convenu pour un long week-end. Le lundi étant férié elle est aux anges, elle va pouvoir passer trois jours en compagnie de sa Maîtresse. Dès son arrivée, une tenue spécifique l'attend dans la petite chambre qui lui est attribuée. Avant même de se maquiller comme demandé, Julie très curieuse se précipite sur les vêtements, un gros corset de cuir, un porte-jarretelles, des bas puis une jupe ultra courte sont étendus sur le lit avec des escarpins noir.

Dans la tête de Julie, le week-end s'annonce bien rien que pour cette tenue, si elle savait qu'elle va vivre un enfer, elle ne se réjouirait pas autant et prendrait ses jambes à son cou.

Maquillée, pomponnée, elle se présente à sa Maîtresse une demi-heure plus tard. En constatant qu'un homme au profil de videur de bas quartier est assis auprès d'elle sur le canapé, Julie s'inquiète. Elle s'approche, fait une révérence puis vient se mettre debout, mains dans le dos jambes écartées à côté d'eux, la position d'attente "d'une bonne soumise" lui a indiqué sa Maîtresse lors des séances de formation.

- Je te présente Julie, une petite pute prête à se faire baiser et à sucer sur simple demande. Pour sa première sortie, je pense qu'il faudra l'attacher car elle est quand même un peu rebelle, dit Maîtresse Sad à la personne assise à côté d'elle, avant de se tourner vers Julie. Va t'allonger sur le dos jambes écartées sur la table de mon salon, il faut que je te prépare.

Julie s'exécute aussitôt, s'installe comme demandé sur la table en se posant mille questions. Maîtresse Sad arrive quelques minutes plus tard, lui retire sa cage de chasteté puis passe une lingette sur le sexe mou parfaitement imberbe. Sad entreprend alors de recouvrir son bas ventre avec un large ruban adhésif noir, puis entreprend de faire entrer les testicules dans le bas ventre à la place où elles étaient avant la naissance. La chose se fait sans douleur, Maîtresse Sad ayant l'expérience du tuking.

Les précieuses masquées, pour qu'elles ne ressortent pas, elle ajoute de nouvelles bandes d'adhésif noir avant de poser un pénilex qu'elle dirige entre les jambes de Julie. Pour parachever la transformation visuelle, Maîtresse Sad termine par la réalisation d'une culotte avec des bandes de ruban adhésif bien ordonnées pour qu'il y ait une certaine élégance dans cette transformation. Autorisée à mettre la main entre ses jambes, Julie n'en croit pas ses yeux ni ses doigts, son sexe masculin a disparu !

LE TUCKING EXPLICATION ICI
http://forums.fessestivites.com/travestissement/le-tucking-t1884.html

- Bien, maintenant que tu es prête, tu vas pouvoir vivre tes rêves de pute, mais sache que si je prends plaisir à te préparer à la réalisation de tes fantasmes, je prendrai plaisir à te massacrer au moindre manquement. Me fais-je bien comprendre ?

- Oui Madame !

- Alors en route !

Julie est heureuse, comblée, comme sur un petit nuage quand, avec un gros collier et une laisse elle trottine derrière sa Maîtresse et l'inquiétant inconnu. Si elle savait qu'elle vient d'entrer dans un des plus dangereux réseau de prostitution, elle sauterait de la voiture en marche mais il est trop tard, elle rêve.

 

La suite est ICI mais attention c'est réellement extrême et réservée à un public averti.

Ecrivaillon

 

Lire des histoires érotiques du soft au hard (Gratuit)

 

Faire des rencontres

 

Acheter des accesoires coquins

Par TSM - Publié dans : Histoires Hard (violence et/ou viol) - Communauté : SM: Domination/Soumission
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 4 août 1 04 /08 /Août 07:49

Chasteté et humiliation pour le fétichiste de la petite culotte



cage_de_chastete_11.jpg

- Putain tu fais chier j'en ai marre que tu joues avec mes culottes !

C'est par cette phrase colérique d'un romantisme de haut niveau et d'une grande politesse que Sandrine interpelle son mari sur une problématique pour elle importante. Habitué aux colères de son épouse rencontrée sur Fessestivites et qui fut sa Maîtresse pendant un temps, Paul baisse la tête et attend que cela passe en se demandant s'il est prudent de répondre.

- Que tu sois fétichiste des petites culottes je m'en tamponne le coquillard, chacun ses trips et ses délires mais que tu utilises les miennes en cachette pour te branler en t'imaginant qu'une Maîtresse te l'impose me fait chier grave. Tu le comprends ça ? Tu mets le bazar dans mes tiroirs et ce qui me met en rage, c'est qu'en plus tu oses les remettre à leur place à ta façon après les avoir portées et dégueulassées !

Paul, la tête basse prend son mal en patience car sent bien que cette crise risque de durer au moins une heure mais il est loin du compte. Folle de rage, Sandrine poursuit cet échange unilatéral en ajoutant des tonnes de reproches du type que ses RTT pourraient être utilisées à des choses plus utile comme finir la peinture de la chambre d'amis, tailler les haies, ranger le garage où un chat n'y retrouverait pas ses petits puis sur le fait qu'il la délaisse au bénéfice de ses délires et puis..; et puis.... Et encore et puis puissance deux !

- Monsieur rêve de Maîtresse, d'une femme dominatrice qui l'obligerait à se travestir, monsieur va être servi, je vais m'occuper de lui comme quand il était mon soumis et crois-moi sur parole, il va marcher droit !

Dans l'avalanche des reproches de sa femmes, Paul ne retient que cette déclaration solennelle générant en lui une grande excitation ! Sandrine le prend par l'oreille pour le conduire à la chambre comme à la grande époque de leur vie BDSM. Sentant que la chose amuse son mari, le cerveau de Sandrine monte dans les tours à la limite de la zone rouge dans les projets de recadrage et de domination de son infortuné mari affichant une moue si mal feinte, qu'elle ressemble à une grimace en solde de chez Lidl !

- A poil petit soumis, je vais m'occuper de ton cas !

"Petit soumis", cette expression en d'autres temps utilisée comble de bonheur Paul, sa femme semble réellement décidée à le dominer à nouveau. S'il savait ......

Poussé sur le lit, quand il la voit sortir de leur caisse à jouer la cage de chasteté CB6000, Paul sait qu'il va vivre des périodes d'excitations de folies et de grands moments de plaisirs dans la frustration. La cage posée et verrouillée, ne décolérant pas à propos de ses petites culottes malmenées, Sandrine décide d'en jouer et d'humilier son mari. Elle en sort une de son tiroir en lui indiquant qu'elle lui offre et qu'il va même pouvoir la porter toute la journée. Paul est un peu gêné car elle ne l'avait jamais vu en sous-vêtement féminin. Histoire de pousser un peu l'humiliation, assise à cheval sur son ventre, Sandrine s'amuse avec le petit oiseau encagé qu'elle essaie de loger dans la petite culotte.

- Tu vois bien que mes culottes sont trop petites pour toi petit soumis ! Il va vraiment falloir que je m'occupe de ta garde robe si je veux que tu ne touches plus à la mienne. Regarde même si je ne tire pas dessus tes couilles ne rentrent pas. Cela déborde ! Forcément il y a des choses en trop pour un petit mâle transformé en femme.

Constatant que ses amusements excitent son mari, Sandrine s'en amuse, elle tripote, commente et caresse avec comme but de rendre fou le propriétaire de la verge prenant de plein fouet la crise du logement.

- Mon chéri, j'ai une surprise pour toi, habille-toi et attend-moi au salon !

Paul s'exécute puis se pose mille questions quand il voit passer son épouse dans le couloir avec un sac poubelle à la main.

- J'ai coupé tout tes caleçons et slips, je n'en ai gardé qu'un, au cas où tu doives passer une visite médicale ! Lui indique Sandrine avec un sourire radieux en sortant de la chambre avec le sac poubelle à la main. Chauffeur, nous sortons, fermez la maison, nous allons faire des emplettes !

VING MINUTES PLUS TARD SUR LE MARCHE DE STRASBOURG

Ils déambulent tous les deux, main dans la main comme des amoureux entre les étalages des forains quand soudain, Sandrine se dirige vers un étal de sous-vêtements féminins spécialisé pour les personnes d'un certain âge puis se met à fouiller dans les bacs. Elle sort quelques culottes d'une autre époque, qu'elle tend à la commerçante en continuant de fouiller à la recherches d'autres sous-vêtement.

- Madame si je puis me permettre, je pense que la taille que vous choisissez est un peu grande pour vous. Puis-je vous conseiller ?

- Ces culottes ne sont pas pour moi mais pour mon mari, il est fétichiste des petites culottes alors je l'aide à trouver les modèles qui conviennent également au port d'une cage de chasteté.

Voyant la mine déconfite du mari, la commerçante comprend immédiatement que cette cliente ne fait pas de l'humour et se permet d'ajouter que si cela lui fait plaisir, il n'y a pas de mal à ça.

- Oui et non, quand il me pique les miennes et les fait craquer, c'est ennuyeux. Répond Sandrine au tac au tac

- Avez-vous pensé à lui faire porter une gaine de Playtex, cela aiderait à maintenir un peu son ventre bedonnant. J'en ai en promotion, je vais vous les faire voir !

Mort de honte, Paul n'en peut plus et s'en va mais il est aussitôt attrapé par Sandrine bien décidée à aller jusqu'au bout de l'humiliation entreprise.

- Auriez-vous des bodys qui puissent lui aller ?

- Mais bien sûr, je ne les ai pas sortis car je n'ai qu'un petit emplacement ici, je vous les attrape de suite ! Répond la commerçante ravie de tomber sur une cliente bien décidée à la dévaliser. Si vous en prenez deux, je vous offre le troisième propose la commerçante ou posant un gros carton sur l'étal.

Deux secondes plus tard, elles fouillent toutes les deux à la recherche des produits et tailles pouvant aller à "Monsieur" rêvant de pouvoir se fondre dans le bitume de la place du marché. Les emplettes faites, Sandrine confie les sacs à son soumis et règle 140 euros à la commerçante ravie.

- Attendez une minute, je vais vous faire un petit cadeau. Leur indique la commerçante.

Paul n'a qu'une envie, fuir ce marché maudis mais sa Maîtresse en a décidé autrement.

- Je pense que ce Panty femme en tulle plumeti devrait lui aller à merveille, je vous l'offre ainsi que ce serre taille que je n'arrive pas à vendre, ce sont deux petits cadeaux de la maison. Surtout n'hésitez pas à revenir le mois prochain, j'ai une nouvelle collection qui arrive, je vous ferai de bon prix.

- Dis merci à la dame ! Indique Sandrine pliée de rire à son pauvre mari écarlate !

A peine assis dans la voiture, Paul explose et se laisse aller en reproches sur ce qu'elle vient de lui faire. Sandrine reste d'un calme olympien et s'en amuse même, chose dont le petit soumis devrait se méfier. Arrivé à la maison, elle le laisse fermer le portail et décharger les paquet pour foncer dans leur chambre afin de prendre quelques accessoires pour ses projets immédiats.

- A poil petit soumis, nous avons un compte à régler.

Dépité, Paul abdique puis se laisse menotter au crochet du lustre, renforcé en d'autre temps pour les séquences BDSM qu'ils pratiquaient avec une véritable notion de plaisir.

- Je n'ai pas apprécié qu'en guise de merci tu m'agresses et me fasses des reproches dans la voiture alors que j'ai pris deux heures de mon samedi pour t'aider à réaliser tes fantasmes de féminisation. Je vais donc tester cette canne anglaise que nous avons achetée sur ABCplaisir l'année dernière, tu vas morfler pour ton impolitesse, indique Sandrine en lançant son premier coup de canne sur le fessier blanc de son mari.

Les sifflements de la canne anglaise fendant l'air permettraient aux puristes de la discipline domestique d'être convaincus que les cris de Paul ne sont pas du "cinéma de chochotte" mais de réels cris de douleur rythmés par le tintement du cadenas de la cage de chasteté. Dix minutes de valse des fesses suffisent à strier le fessier blanc puis à convaincre son propriétaire de faire profil bas en remerciant sa Maîtresse comme il se plaisait à la faire..... En d'autres temps.

Depuis ce samedi mémorable, Sandrine s'est lancée dans une sorte d’Opis Dei du BDSM. L'Opus Dei étant une prélature personnelle de l'Église catholique avait pour mission d'aider les fidèles chrétiens à chercher la sainteté ... Là, Paul appris à ses dépends à mesurer ses propos quand il s'adresse à son épouse et surtout à ne pas râler quand elle lui choisit la culotte qu'il doit porter en allant travailler à la banque.

Peut-être que le banquier qui vous harcèlera pour votre petit découvert momentané portera un body sculptant et se prendra une fessée en rentrant chez lui....

Ecrivaillon

 

Acheter une cage de chasteté

 

Faire des rencontres BDSM

 

Forum BDSM d'un réseau de rencontres

 

Histoires érotiques BDSM GRATUITES

Par TSM - Publié dans : Chasteté masculine et soumission - Communauté : Dominatrice avec son mari soum
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 29 juillet 2 29 /07 /Juil 14:10

Nouvelle Cage de chasteté prison en silicone



Cette Cage de chasteté prison de verge en silicone peut être confortable ou cruelle à cause des 14 pointes en silicone situées à l’intérieur.

Il n'y a aucun rapport avec la "birdlo....". Ce modèle est plus facile à mettre et beaucoup plus sûr grâce à la fusion des deux parties qui permet au tube d'aller quasiment jusqu'à la racine supérieure de la verge. (Voir photos) Pour donner cet avis objectif sur le produit nous avons testé les 2 modèles.

Avec un cadenas à usage unique (plomb en plastique) il est possible de passer dans les portiques des aéroports ou institutions sans qu'elle soit décelée.

A NOTER : chez ABCplaisir, nous testons réellement les produits et quand il nous arrive de nous "faire avoir" nous le mettons pas à la vente dans notre boutique. Qu'en faisons-nous ?
Bien souvent nous l'offrons à des membres du réseau de rencontre Fessestivites pour qu'ils fassent un gros délire dans une vidéo permettant la destructions de l'objet sous une forme érotico-humoristique qui nous fait de la pub.


Elle est en vente ici :


http://www.abcplaisir.com/fr_FR/Cage-de-chastete

La nouvelle Cage de chasteté prison en silicone est à ce jour à 49.50 euros
Matériel: Silicone
Longueur totale : 90 mm
Diamètre intérieur: 34mm
Nombre de trous d'air: 5
Le cadenas avec deux clés est fourni


La vidéo de présentation est ici


ou ici sur la boutique


Cage_de_chastete_prison_en_silicone_1.jpg



Cage_de_chastete_prison_en_silicone_2.jpg



Cage_de_chastete_prison_en_silicone_3.jpg


cage_de_chastete_4.jpg

Par TSM - Publié dans : Chasteté masculine et soumission - Communauté : Chasteté
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 29 juillet 2 29 /07 /Juil 14:09

Une infirmière délurée piégée


Une_infirmiere_deluree_piegee_.jpg

Avec son diplôme d'infirmière en poche Claudia jubile, le bonheur total car en plus, elle a eu l'immense chance d'être prise à l'hôpital Carémau à Nîmes à quelques dizaines de kilomètres de chez elle.

Elle débute en service de nuit dans le service de Chirurgie Vasculaire assurant la prise en charge des maladies vasculaires non cardiaques. Il s’agit des maladies artérielles telles que la maladie athéromateuse qui rétrécit le calibre des artères et entraîne un manque de d’irrigation des organes et des muscles en fonction de sa localisation. Son rôle dans ce service est de passer régulièrement voir les patients et de répondre aux appels de nuit. Les patients inquiets étant souvent sous calmants, les nuits sont relativement tranquilles.

Très coquine de nature, Claudia se laisse rapidement séduire par Paul, un interne un brin pervers mais si doué avec les femmes, que dès leur première incartade il l'a faite grimper aux rideaux. Il faut dire que Claudia est des plus charmantes avec une taille de guêpe, une poitrine généreuse en forme de poire, un visage d'ange bien souvent agrémenté d'un sourire enjôleur et d'une chevelure blonde mi-longue soigneusement entretenue au point que l'on dirait des fils de soie tant ils sont doux au toucher.

Lors des discussions dans la salle de garde, les sujets sont multiples, de la vie ou soucis des uns et des autres à des sujets plus chauds très souvent situés aux dessous de la ceinture. Lorsque Paul lui indique en plaisantant qu'elle devra passer une visite médicale avec lui, elle s'y oppose farouchement par provocation car elle se doute bien que cette visite sera tout à fait agréable. Pour lui avoir tenu tête, il lui indique qu'elle sera fessée et devra assurer le service sans culotte sous sa blouse. "Chiche" lui répond l'effrontée en ajoutant "si vous êtes capable d'assurer le service sans slip sous votre pantalon. Pour Claudia, ce petit jeu n'est en aucun cas un harcèlement sexuel, il s'agit juste de deux personnes décidées à s'amuser un peu pendant le travail et à s'accorder quelques plaisirs.

Le lendemain, vers 22 heures, Paul la convoque dans son bureau pour lui faire voir un slip qu'il place dans un tiroir en lui rappelant leur pari de la veille. Claudia ne se laisse pas impressionner, bien loin de là, elle se lève et retire son tanga, un sous-vêtement destiné à cacher le pubis tout en laissant une grande partie des fesses découverte qu'elle lui jette à la figure en lui indiquant : "rendez-vous demain à 7 heures gros coquin pour récupérer nos sous-vêtements respectifs".

Pendant la nuit, elle intervient sur des appels portant plus sur des interventions de confort qu'autre chose avec des patients opérés d'angioplastie. Evoluer dans l'hôpital les fesses nues ne lui pose aucun problème tout comme de retrouver son chef pour la restitution dudit tanga. Avant de le lui remettre, Paul prend soin de fermer la porte de son bureau avant de l'attirer sur ses genoux où il la couche en lui rappelant que le deal était assorti d'une fessée. Pour Claudia c'est quelque chose de nouveau qu'elle n'a jamais essayé mais qui la trouble au plus haut point. Malgré ses craintes, elle finit par acceptée, plus pour ne pas fuir le défi qu'une réelle envie de découverte. N'étant pas une brute, Paul remonte la blouse avant d'entreprendre de flatter légèrement les deux sublimes hémisphères s'offrant à lui.

Devant l'absence de réaction, il augmente légèrement la puissance de la fessée avant de se laisser aller à une fessée plus consistante. Claudia se mord la lèvre inférieure pour ne pas crier sous certaines claques. Elle se demande ce qu'elle fait dans cette position et se traite de folle, et pourtant la situation la perturbe au plus haut point car elle sent monter en elle un plaisir nouveau et insoupçonné. La fessée terminée, lorsque Paul caresse sont entrejambe en lui indiquant qu'il ne s'attendait pas à ce quelle mouille autant, elle en frémit à la fois de honte et de plaisir, cette main aurait pu devenir bien plus entreprenante....

Le fait qu'elle ait réagi ainsi la perturbe énormément. Lorsqu'elle rentre chez elle, Claudia fouine sur internet, cherchant les mots clés "fessée", "plaisir " et finit par tomber sur le site Fessestivites qui lui semble assez documenté sur la question et qui propose aux adeptes des rencontres autour de la fessées.

DEUX JOURS PLUS TARD

Profitant d'une période d'accalmie dans le service dont il a la charge, Paul passe en obstétrique emprunter quelques accessoires puis au service Médico-Psychologique pour Adultes où il récupère quelques sangles médicales en prétextant qu'il a un patient agité pouvant arracher ses perfusions. La nuit s'annonçant particulièrement calme, il demande à une infirmière de prendre en charge le service de 22 heures à minuit en lui indiquant qu'elle peut le joindre à tout moment sur son biper.

A peine arrivée, Claudia est chargée de faire le tour des chambres sous un prétexte inutile, afin qu'il dispose du temps nécessaire à son plan diabolique dans le mini bloc opératoire polyvalent à sa disposition. Le jeunette ne voit rien venir d'autre qu'un plan jambes en l'air lorsqu'il lui indique que le bloc sera disponible pour leur petites folies et peut-être une fugace fessée plaisir en guise de conclusion.

Excitée comme une puce énervée (Duteil) Claudia se rend au bloc à l'heure convenue où Paul l'enlace dans ses bras pour un énorme baiser accompagné de caresses mettant le feu aux poudre de libido exacerbée de la jeune infirmière coquine de plus en plus délurée. Elle se laisse bien volontiers porter sur la table d'opération sur laquelle il la dépose en l'embrassant sauvagement et en lui indiquant "Prépare-toi à jouir comme une folle", propos permettant d'anéantir toute envie de résistance.

A peine étendue, ses mains et bras sont liés sans qu'elle n'oppose la moindre résistance, un champ médical est tendu au niveau de son abdomen avec pour but de masquer son intimité rapidement dévoilée par la mise en place de deux étriers obstétriques. Le string retiré, quelques caresses sur l'intimité on ne peut plus offerte puis une dégustation sommaire de la perle clitoridienne la font déjà gémir. La belle devenue proie sans le savoir va pouvoir vivre des choses par elle inconnues et qu'elle n'aurait jamais acceptées en d'autre temps.

Pour ouvrir les hostilités, Paul entreprend de lui faire passer une visite médicale approfondie en lui plaçant un spéculum qu'il ouvre grandement tout en titillant de sa langue agile la perle sensible émergeant maintenant de son écrin. Histoire de jouer plus encore avec le jeunette, il entreprend de faire un examen rectal avec le même spéculum. La chose est plus délicate à vivre car Claudia ne s'y attendait pas du tout. Encore une fois, la langue agile parvient à dompter la belle dont les réfutations s'affaiblissent au fur et à mesure qu'il lui dévore le bouton des plaisirs.

N'y tenant plus, Paul retire le spéculum, enfile un préservatif avant "d'enfiler" la belle aux anges de l'être ainsi sans rien pouvoir voir. Ressentir la pénétration sans rien voir, sans même pouvoir étreindre le mâle est une grande nouveauté pour Claudia qui ne peut se concentrer que sur les agréables sensations éprouvées. Lorsqu'il décide de descendre d'un étage, traduire sodomiser la belle, elle réfute en indiquant son désaccord mais Paul parvient à la convaincre de ses mots et de son gland turgescent et motivé puis de ses doigts agiles sur la perle clitoridienne qu'elle va adorer. Il n'a pas tort car une fois pénétrée avec douceur, Claudia ne tarde point à gémir et quémander plus de vigueur.

Dans cette chevauchée, le Priape ne tarde point à s'emballer et la belle à chanter quand un interne entre discrètement dans le bloc opératoire. Invité par Paul à participer aux ébats, il joue le jeu de la discrétion et, devant au aussi joli chaton offert, éprouve rapidement le désir de consommer. Aussitôt après avoir enfilé un préservatif il pénètre le chaton ronronnant de plaisir sous cette virile générosité. Une grotte ainsi offerte de par les support d'obstétrique est un supplice de tantale pour un spéléologue même occasionnel. L'interne profite donc de "l'occasion" pour effectuer une descente en rappel au centre des deux hémisphères qu'il claque bien volontiers pendant ses mouvements de plus en plus vif.

S'étant envolée au paradis des plaisirs plusieurs fois, dans sa tête Claudia ne pouvant rien voir, elle n'est plus qu'un sexe et des orifices avides de phallus motivés, plus rien d'autre ne compte pour elle tant le plaisir est grand. Elle ne réagit pas lorsque Paul lui pose une perfusion dans laquelle il injecte un vasodilatateur, puis lorsqu'il lui fait une prise de sang dans son délire de visite médicale.

Derrière le champ médical, Paul et son ami préparent la suite des évènement ayant pour but de lui faire dépasser la stratosphère des plaisirs féminins. Muni de gants médicaux, l'interne arrivé après entreprend de fouiller des ses doigts grandement lubrifiés le sexe et l'anus de Claudia continuant de pâmer sous les sensations d'un autre monde. L'arrivée d'un vibromasseur magic wand sur son clitoris déjà bien exposé la fait crier un instant, cris qui ne tardent point à transformer en de bruyantes exclamations de satisfaction.

Lorsque la main de Max, l'interne arrivé après, parvient à pénétrer totalement la vallée des plaisir grande ouverte pendant que les phalanges de sa main gauche titillent grandement son petit orifice devenu grand et que Paul rend fou le clitoris à l'aide du vibromasseur Magic Wand, Claudia implose de plaisir en faisant femme fontaine pour la première fois de sa vie. Le long jet trempe la boule de Max, Claudia hurle son plaisir avant de perdre connaissance.

Très professionnel, les deux internes stoppent immédiatement leurs agissements coquins pour s'occuper de ranimer la belle. Deux gifles plus tard, c'est avec un masque à oxygène sur le visage que Claudia revient sur terre et découvre qu'elle n'était pas seule avec Paul. Max rassuré quitte les lieux et les laissent se retrouver en amoureux puis résoudre les éventuels conflits à venir.

Dans un sens Claudia est en rage mais en même temps ce qu'elle vient de vivre en termes de jouissances dépasse l'entendement et tout ce qu'elle aurait pu imaginer. Recouverte d'une couverture, il lui faut plus de vingt minutes pour que les contractions orgasmiques disparaissent totalement, ces vingt minutes accompagnées de caresses et de mots doux permettront à Paul de retourner la situation à son avantage et à obtenir le baiser d'une mante religieuse comblée.

Depuis cette nuit inoubliable, Claudia est passée de coquine à libertine. Le bloc est parfois réservé mais cette fois elle sait avant de s'y rendre qu'elle doit poser un jour de congés pour se remettre de ses jouissances paroxystiques. Il n'y a que lors de ces nuits et quand Paul la fiste qu'elle parvient à connaître de telles sensations et à faire fontaine, à 23 ans, c'est un grand chemin qui s'est ouvert à elle lors de cette nuit de folie.

Ecrivaillon


Lire des histoires érotiques (Gratuites)


Vidéos sur le fétichisme médical


Rencontres fétichistes


Boutique pour vos fétichismes

Par TSM - Publié dans : Libertinage cuckold - Communauté : Mondes Libertins
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 29 juillet 2 29 /07 /Juil 14:07

Sissy encagée par webcam

 

Sissy_chastete_1.jpg
Son rêve, son fantasme, son fétichisme c'est d'être obligé de se féminiser et d'être une Sissy soumise au service d'une Maîtresse. Loïc passe beaucoup de temps sur Fessestivites, les histoires érotiques puis vidéos le rendent fou de désir au point qu'il se touche au moins une fois par jour, voir plus le week-end.

Depuis que sa femme l'a quitté, il s'est ruiné en vêtements féminins avant de s'offrir une cage de chasteté CB6000 sur ABCplaisir. A peine arrivé chez lui, il se féminise pour entrer dans son univers et permettre à celle qui est en lui de vivre, d'exister. L'idée de l'opération avec une hominisation l'a travaillé longtemps mais il n'a jamais osé sauter le pas, la pression familiale en est la principale cause.

Son fantasme de rencontrer une femme dominatrice qui le comprendrait et le dominerait en ce sens a pris forme il y a deux mois avec Maîtresse Reine sur Fessestivites. Même si elle lui a annoncé que cette domination ne serait que virtuelle, Loïc s'y accroche comme la misère sur le monde car cette femme l'écoute, le comprend et surtout, ne le juge pas, bien au contraire. Lors des discussions qu'ils ont sur le chat, elle a même creusé son besoin d'être féminisé en le faisant parler, décrire, expliquer. Maîtresse Reine et Loïc se prennent d'amitié virtuelle, elle est plus son guide que sa Maîtresse.

Dans une logique d'échange, Loïc aimerait lui faire de petits cadeaux, lui rendre des services mais elle refuse tout en bloc même si elle apprécie l'intention. En guise de dernière réponse à ce sujet elle lui a dit un jour "si j'arrive à rendre heureuse la femme qui est en toi, ce sera mon plus beaux cadeau. Pour les petits cadeaux que tu as envie de me faire, mets l'argent dans une boite, il me permettra de ne pas être gênée quand je déciderai te de faire acheter quelque chose de cher pour toi".

La première grosse étape que lui a fait franchir Maîtresse Reine, c'est de se "montrer" en webcam en tenue féminine. Loïc était mort de honte, se sentait ridicule, elle le trouvait "belle" même s'il y avait un réel travail à faire en termes de soins esthétique et maquillage. Elle lui a trouvé un pseudo, S comme Sissy Louisa pour le prénom féminin. Depuis ce soir là, Slouisa a réellement vu le jour et commence à vivre.

Après avoir traité le maquillage, les postures, la façon de marcher, un soir elle a abordé la masturbation en voulant tout savoir. Elle n'a pas été déçue, il lui a tout avoué même s'il était rouge de honte derrière son écran. Maîtresse Reine lui a expliqué que tout le monde pratique plus ou moins souvent la masturbation, qu'il n'y avait nulle honte à avoir mais que les femmes le font bien moins souvent que les hommes et qu'en voulant vivre comme une femme il se devait de s'investir dans une forme de chasteté puis d'autres contraintes exclusivement féminine comme les menstrues.

Si Slouisa compris pour la chasteté, elle eut bien du mal à comprendre pour les menstrues mais Maîtresse Reine refusa d'en dire plus ce soir là. Elle lui demanda d'acheter des plombs petits cadenas numérotés en vente sur ABCplaisir puis de lui adresser un message pour lui indiquer quand il les aurait reçu. Elle lui indiqua qu'il allait recevoir un colis avec la lettre R sur le carton, mais qu'il ne devait l'ouvrir sous aucun prétexte sans sa permission.

Quarante huit heures plus tard il l'en informa par la messagerie de Fessestivites, la réponse ne tarda pas.

- Demain soir à 21 heures je te veux très belle avec ta cage de chasteté posée mais non verrouillée.

Pour Slouisa, ces 24 heures furent les plus longues de sa vie surtout que le colis avec la lettre R arriva en même temps que les plombs. Que pouvait-il y avoir dans cette petite boite ?

Le jour J, ou plutôt le soir aussi attendu que redouté pour cause de timidité, Slouisa passa plus d'une heure à se faire belle. Par précaution, elle avait mis sa cage de chasteté avant de s'occuper d'elle par peur de décevoir sa Maîtresse avec une érection incontrôlable, bien lui en pris car le Popaul fut vite à l'étroit dans sa prison quand elle enfila la dernière robe achetée.

A 20h55 Slouisa était prête, toute tremblante devant son ordinateur portable. Les cinq minutes lui parurent des heures et quand elle vit apparaître le pseudo de sa Maîtresse son sang ne fit qu'un tour. Quelques secondes plus tard, la petite fenêtre du chat instantané s'ouvrit avec le "ding" sonore qui la fit sursauter.

- Bonsoir Slouisa.

- Bonsoir Maîtresse Reine

- Allume ta cam, je veux voir comment tu es belle ce soir. Lui demanda aussitôt sa Maîtresse.

Maintenant habituée à cette demande, Slouisa s'exécuta puis pris du recul afin que sa Maîtresse puisse la voir tourner sur elle même et lui permettre d'apprécier du regard la tenue choisie pour la circonstance, une petite robe à carreaux, un mini serre taille noir haut, et un chemisier blanc. Félicitée pour son choix vestimentaire, Slouisa en eut presque les larmes aux yeux.

- Maintenant je veux que tu me fasses voir les numéros du plombs que nous allons poser sur ta cage de chasteté et que tu vas poser toi-même pour le plaisir de mes yeux.

Slouisa s'exécuta, ses doigts tremblants peinaient à le poser tant elle était émue.

- Es-tu réellement disposée à me confier ta sexualité et à ne jamais tricher ? Demanda Maîtresse Reine.

- Oui Madame, j'en suis même très honorée et vous en remercie. Répondit aussitôt Slouisa.

- Puisque je te prends aussi en charge pour cela, tu ne devras absolument pas retirer le plomb sans ma permission hormis une obligation de santé ou un cas d'urgence. Si j'apprends que tu triches, je ne te dominerai plus jamais. Suis-je bien claire ?

- Oui Madame mais vous pouvez avoir l'assurance que je suis quelqu'un de parole et que tricher ne fait pas parti de mon monde.

- Bien, as-tu reçu mon colis ?

- Oui Madame !

- Ouvre-le devant moi !

Slouisa ouvrit le colis qu'elle déchira comme une brute tant elle brûlait d'impatience de découvrir son contenu. La surprise fut de taille lorsqu'elle retira le papier journal maintenant une boite de Tampax !

- Et oui ma belle, si tu veux vraiment vivre comme une femme, il te faut aussi prendre les inconvénients qui vont avec ! Confidence pour confidence, j'ai mes règles depuis ce matin, donc cette semaine tu seras aussi chaste que moi avec mon mari et tu porteras un Tampax dans tes fesses 24/24.

Epilogue

La vie de Slouisa évolua grandement depuis cette soirée, la cage de chasteté la rendant "folle" de désir et sous tension sexuelle quasi permanente. Elle s'habitua à porter des Tampax une fois par mois au rythme des menstrues de sa Maîtresse puis à vivre 24h sur 24 avec des sous-vêtements féminins. Grâce aux discussions et conseils judicieux de Maîtresse Reine, Loïc devenu Slouisa accepta son ambivalence et sa bisexualité ce qui lui permit de vivre sa première relation sexuelle avec un homme rencontré sur Fessestivites, homme dominant qui, six moi plus tard, devenait son compagnon.

Ecrivaillon

 

Forum chasteté

 

Voir des vidéos sur les cages de chasteté

 

Faire des rencontres BDSM

 

Ou acheter une cage de chasteté

 

Les photos de Sissy encagée par webcam sont ici

 

La vidéo de Sissy encagée par webcam est ici

Par TSM - Publié dans : Chasteté masculine et soumission - Communauté : Chasteté
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 27 juillet 7 27 /07 /Juil 19:00

La fessée qui casse !


Une fessée qui casse peut surprendre comme titre mais cette histoire est 100 % réelle et en aucun cas le fuit de mon imagination ! C'est une aventure vécue qui restera à jamais gravée en nos mémoires.

Ce jour là, j'étais entouré de filles aussi adorables que joueuses en BDSM ou dans le monde de la fessée. TSM entouré de filles joueuses, que demander de mieux me direz-vous !

SAUF QUE ! ! !

Sauf que, travailler sur mes PC en écoutant leurs délires et commentaires me demandait une monstrueuse concentration pour bosser puisque la vie m'imposant des "obligations" professionnelles.

Sauf que, quand des filles partent en délire et s'amusent à dire des choses coquines (entre elles c'est chaud chaud) puis à provoquer le mâle fesseur et Maître, l'ambiance devient agréablement électrique mais électrique quand même.

Devant le nombre de provocations et boutades du type, "s'il doit nous toutes fesser il va avoir besoin de vitamines et de crème pour les mains", au bout d'un moment l'envie de recadrer un peu la situation vous vient ! Espiègle, dont l'humour peut être décapant, décida de me tenir tête et d'en rajouter à sa façon ce qui fit éclater de rire les deux autres filles.

Nous en conviendrons, je ne pouvais laisser passer cela ! Si les coquines s'amusaient à provoquer pour que je m'occupe de leurs fessiers, elles ne s'attendaient point à ce que j'aille prendre dans mon armoire remplie d'outils "pédagogiques" des accessoires du type martinets, brosse à cheveux spécial fessée et un paddle de bonne taille.

A mon retour, en voyant ce que j'avais dans les mains, les filles perdirent au moins trente secondes de leur superbe. Au lieu de jouer profil bas, Espiègle, aussi inconsciente que kamikaze avec son fessier, s'amusa à rajouter sa touche d'humour en me demandant si j'avais décidé de faire une campagne promotionnelle pour la boutique ABCplaisir !

"Oh putain con ! Il y en a une qui va avoir du mal à s'asseoir" ai-je pensé en l'attrapant par le bras pour la conduire sur la terrasse en attrapant une chaise au passage. D'un caractère bien trempé, Espiègle s'amusa à me résister et à m'empêcher de baisser son pantalon pour la fessée méritée. Ceux qui connaissent la puissance d'un véritable paddle donné de façon punitive, savent aussi qu'un pantalon est un bien faible rempart de tissu.....

Les provocations étant amicales, j'entrepris donc de commencer par lui donner une fessée à la main avant de passer au paddle pédagogique ayant pour but de lui rappeler que quand j'indique qu'il serait bien de mettre un bémol aux provocations, il est sage d'écouter mes conseils.

Les deux autres filles n'étaient point avares de commentaires pendant que ma giroflée à cinq branches s'attaquait aux cuisses de l'agitée bloquée par mon bras et ma jambe quand soudain ...

Quand soudain il m'a semblé que je glissais de la chaise ! (Véridique)

Bien décidé à poursuivre la fessée commencée, je contractais donc mes jambes en claquant de plus belle l'adorable fessier d'Espiègle quand soudain, la chaise rendit l'âme. Deux secondes plus tard mon fessier s'écrasa sur le carrelage avec en prime le poids d'Espiègle qui, dieu merci, est un poids plume sans quoi c'est un truc à se casser le coccyx.



Fessee_qui_casse_01.jpg

Comment poursuivre la fessée quand trois filles sont pliées de rire à côté de vous donc une sur vous sensée être contrariée ?
Comment donner la fessée quand une des filles pliée de rire faits des photos souvenir ?
Comment donner la fessée quand on est pris d'un fou rire ?
Comment donner la fessée dans ces circonstances ?

Parvenant à peine à respirer entre deux fous rires, j'ai décidé de reporter la chose mais rassurez-vous, les fesses rouges des trois grâces trouvèrent deux heures plus tard que les chaises étaient inconfortables.

SAUF QUE !!!!!!!

Même si elles eurent le soir même besoin toutes les trois de crème pour leurs fesses rouges, le lendemain, pendant que je me concentrais sur mon travail elles me proposèrent de faire une pause café que j'ai eu bien du mal à boire sans baver. (Si si, ne vous moquez pas, vous allez comprendre rapidement pourquoi)

Installées devant un ordinateur portable pendant que je prenais le café qu'elles m'avaient servi, elles se mirent à chanter les parodies ci-dessous ! ! ! !

(Laisse béton - Renaud)
J'étais tranquille j'étais pénard
En train de fesser la p' tite Espiègle
Quand j'me suis dit qu'il s'faisait tard
Ou qu'il m'faudrait un café noir

(Mistral gagnant - Renaud)
A m'asseoir sur une chaise
Cinq minutes à fesser
Je pensais pas qu'elle tomberait
Je la retenais quand même
On sait jamais avec elle
Car plus je la claquais plus elle glissait

(J'ai encore rêvé d'elle – Il était une fois)
Et j'ai encore fessé la belle
Qui était bien installée
Elle gigotait un peu quand même
Mais le sol s'enfonçait
Ca a craquééé
On est tombééés

(Hisse et ho ! Santiano – Hugues Aufray)
C'était pourtant une bonne chaise
Qui craquaiiiit jaaaamais !
Avec elle ç'a pas seulement craqué
Ca s'est carrément cassé

(Qui a le droit – Patrick Bruel)
Qui a le droit
Qui a le droit
Qui a le droit d'faire çaaa ?

(Casser la voix – Patrick Bruel)
CASSEER LA CHAIIISE !
CASSEER MA CHAIIISE !
Casser la chaaaiise.

(Les bêtises – Sabine Paturel)
Tu fais rien que des bêtises
Même quand j'suis là
T'auras pas de chocolat
J'vais tout garder pour moi !

Et là elle m'a dit... Laisse béton...

(Les bêtises – Sabine Paturel)
J'ai déjà mangé le chocolat
Y'en aura même pas pour toi

(Encore un matin – Jean-Jacques Goldman)
Encore une fessée !
Une fessée pour toi
Tu l'as cherchée et tu l'auras
Je change de chaise
Je l'attire à moi
Tu vas la sentir passer celle-là.

Franchement, les temps sont durs pour les Maîtres et fesseurs !

Maître TSM fesseur parfois perturbé par les évènements !


Forum sur la fessée


Photos articles histoires érotiques sur la fessée


Faire des rencontres autour de la fessée


Vidéos spanking



Fessee_qui_casse_02.jpg

Par TSM - Publié dans : Fessée - Communauté : La fessée
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés